Jardin botanique alpin

Jardin botanique alpin

Bienvenue au Jardin botanique alpin!

L'origine de ce «morceau de montagne» en plein cœur de Meyrin est d'abord due à Amable Gras. À l'aube du XXe siècle, ce négociant en tissus fait aménager cette représentation idéalisée d'un paysage alpin, suivant une pratique de l'art du jardin alors en vogue, qui fusionne l'ornement et la curiosité scientifique. Empreint de romantisme, évocation d'une nature pure et inviolée, ce jardin manifeste un lien affectif très fort avec les Alpes. Aujourd'hui, la ville de Meyrin continue de faire vivre et d'enrichir ce lieu si surprenant. Son charme est celui d'un espace hors du temps, oasis de verdure dans un tissu urbain toujours plus dense. Son intérêt est d'éclairer notre relation au vivant, de permettre de nous interroger sur la façon dont nous voulons cohabiter avec la nature. C'est un milieu fragile et subtil, dont les qualités sont placées sous la responsabilité du public. Le Jardin botanique alpin, musée vivant, a plusieurs missions :

 

Collection et sauvegarde

  • Une collection étiquetée de 2450 plantes des zones tempérées du monde entier.
  • Des méthodes de culture exemptes de pesticides et favorisant la biodiversité.
  • Un élevage d’espèces animales menacées de disparition (programme ProSpecieRara).  

Échanges et conservation ex situ

  • Fourniture de graines et de plants destinés aux Jardins botaniques ou à des projets de renaturation.

Éducation et culture

  • Ateliers, expositions, conférences, visites guidées.

Les activités rendent la nature accessible et compréhensible à un public essentiellement urbain. Elles le sensibilisent aux enjeux du réchauffement climatique, à la santé et à la perte de biodiversité.

Cycle de conférences du Jardin botanique alpin

Les prochains rendez-vous à la Maison du Jardin et au chalet :

Conférences et ateliers animés par Eric Petiot, biochimiste, chercheur (auteur de plusieurs ouvrages de référence ) et formateur :

  • Le jeudi 22 février à 20h « les plantes pour soigner les plantes »,
  • Le jeudi 15 mars à 20h « les huiles essentielles pour soigner les plantes»,
  • Le jeudi 24 mai à 20h « les plantes pour soigner les sols »,
  • Le samedi 7 juillet de 14h à 17h « production et utilisation de préparations naturelles », extraits fermentés, infusions, décoctions et mélanges d’huiles essentielles pour soigner les plantes et les sols.

Conférences et alteliers d'Eric Petiot soins des plantes par les plantes, huiles essentielles, décoctions

Ateliers animés par Odile Rodriguez, technicienne en herboristerie, enseignante et animatrice de divers ateliers pour adultes, enfants et également pour des entreprises (plantes cultivées, sauvages, comestibles ou médicinales) :

  • Le samedi 21 avril de 14h à 17h « cuisiner des mets gourmands à base d’orties », recettes et produits de base pour la cuisine fournis.
  • Le samedi 26 mai de 14h à 17h atelier « fabrication de cosmétiques naturels », à base de plantes, huiles végétales, huiles essentielles, cire d’abeilles. Chaque participant repart avec un baume au calendula, une huile anti-moustique, une huile protection solaire, ou un vinaigre de beauté.
  • Le samedi 30 juin de 14h à 17h « cuisiner les plantes sauvages », au menu : confection d'un tartare de plantain, d'une salade aux herbettes sauvages, dégustation d'un miel de pissenlit.
    Bon appétit !

Odile Rodriguez, cuisine de plantes sauvages, comestiques

Retrouvez tous les évènements sur la page Facebook du Jardin botanique alpin de Meyrin.

 

Les Rocailles
Entre nature et jardin

Dès la fin du XVIIIe, les récits que font les voyageurs anglais de leurs périples dans les Alpes créent une représentation positive et romantique des paysages alpins. C'est l'origine de la mode des «rocailles», souvent enrichies d’un petit chalet. Association de blocs de rochers et de végétaux de petite taille généralement issus des Alpes, les dessus de la limite de la forêt, entre 2000 et 2500 mètres dans les Alpes, et jusqu’à plus de 4000 mètres dans l’Himalaya. Dans les régions circumboréales, l’étage alpin peut s’étendre jusqu’au niveau de la mer.

 

Le patrimoine arboré

La collection des plantes ligneuses comporte de nombreuses espèces d'arbres indigènes ou provenant des zones tempérées, essentiellement de l’hémisphère nord. Ainsi, peuvent notamment être admirés pour leurs caractéristiques morphologiques ou paysagères, des érables indigènes, les quatre espèces de cèdres, des chênes européens, américains ou asiatiques, des séquoias et des pins de plaine ou de montagne. De plus, des arbustes complètent la collection du Jardin botanique alpin par une grande diversité d’écorces, de fleurs, de feuillage ou de fruits qui se succèdent tout au long de l’année.

 

La Maison du Jardin

Cette demeure était celle d'Annibal Miazza, le jardinier qui mit en œuvre le Jardin alpin pour le compte d'Amable Gras. Elle est aujourd'hui le lieu des activités scientifiques et de conservation du Jardin, comme la classification, le tri des graines et le recensement des plantes. Centre d’information sur les activités botaniques et écosystémiques du Jardin, la maison accueille aussi des ateliers, des expositions, des visites guidées et des conférences.

Pour les visites, vous pouvez contacter la Maison du Jardin, tél. +41 (0)22 989 35 60, de 7h30 à 12h00 et de 13h00 à 16h00.

 

Le Cairn

Le Cairn est le nom donné à la villa du Jardin botanique alpin. Il désigne les monticules de pierres qui servent en montagne de repère pour baliser un itinéraire ou signaler un lieu particulier, comme un abri naturel. Dédié à la création contemporaine et à la médiation culturelle, le Cairn propose au public des ateliers pédagogiques et aux artistes des résidences et des expositions individuelles ou collectives.

 

La Chèvrerie

Deux espèces animales, la poule huppée d’Appenzell et la chèvre bottée, habitent ce lieu. Une présence qui s'inscrit dans la politique de préservation des races d'animaux de rente et des plantes de culture de la fondation ProSpecieRara.
En période de mise bas et de couvées, des visites commentées sont organisées sur rendez-vous.

 

Le Nant

Le Jardin botanique alpin tire avantage d’un puits qui bénéficie du ruissellement de pentes peu perméables et d’une circulation souterraine des eaux. Un potentiel intéressant de captage que le Jardin botanique exploite dans les règles du développement durable. Un réservoir construit sous la Chèvrerie recueille également les eaux des toitures pour alimenter le petit lac alpin. Il contribue aux arrosages, à la subirrigation de l’aire de production et de la serre qui autrefois étaient entièrement dépendantes du réseau d’eau potable. Une extension de l’ancien étang constitue une zone humide de phytoépuration, c’est-à-dire utilisant des plantes filtrantes, pour oxygéner et épurer les eaux. Une pompe les redistribue ensuite dans le circuit des cours d’eau du Jardin.

 

Le Chemin des senteurs

Ce parcours est une composition olfactive qui invite à l’observation et la découverte.

Changeantes selon les saisons, les différentes plantes stimulent un puissant marqueur mémoriel: l’odorat.
Les visiteurs sont rendus attentifs aux parfums des floraisons et des feuillages. Leur expérience peut se poursuivre dans le reste du Jardin botanique alpin, où la fragrance des feuillages et des fruits, les parfums dégagés par l'écorce des résineux constituent un voyage olfactif.

 

  • Pour votre sécurité et celle des plantes, respectez les massifs; dans les rocailles, restez sur les chemins!
  • Les chiens, même en laisse, ne sont pas autorisés pour préserver les collections.
  • Admirez les fleurs, mais ne les cueillez pas!
  • La circulation à vélo n’est pas autorisée.
  • Tous les feux sont interdits.
  • Des stations de tri des déchets se trouvent aux entrées. Merci de trier avant de jeter!

Association des Amis du Jardin Alpin

Les activités du Jardin botanique alpin telles que les visites, les fêtes ou les ateliers sont soutenues par l'Association des Amis du Jardin Alpin, l'AAJAM. Si vous êtes intéressés à faire connaître et à faire vivre ce lieu exceptionnel, contactez-la!
aajamcontact[at]gmail.com