La Protection civile, un engagement de tous les instants face au Covid

De multiples missions ont été demandées jusqu’ici à la protection civile de Meyrin Mandement. Des missions qu’elle a accomplies avec une remarquable capacité d’adaptation.

Petit résumé des jours de lutte contre le virus, et de l’engagement pour soutenir la population et les structures hospitalières.

Au déclenchement du plan ORCA, par arrêté du Conseil d’Etat, le 13 mars. La Protection civile genevoise, dont fait partie l’organisation régionale de Meyrin Mandement doit s’engager, et sa mobilisation pourrait durer. L’enjeu est de taille. Il s’agit d’éviter une surcharge hospitalière, car si les services de réanimation sont débordés face au coronavirus, si les moyens de prise en charge dans les hôpitaux viennent à manquer, alors les décès pourraient augmenter de manière dramatique. Chaque organisation régionale de protection civile se voit assigner sa propre mission dans la lutte collective qui commence.

Premières missions
La protection civile de Meyrin Mandement est affectée en premier lieu à l’hôpital de La Tour. Le 20 mars, des tentes sont installées à l’entrée des urgences, et les 17 premiers astreints sont à pied d’œuvre. Du 21 au 25, la totalité des postes sont occupés. L’effectif se compose de 19 hommes.
Ils ont des missions très précises. Ils doivent gérer les flux d’arrivées, trier et orienter les patients, filtrer les visites, car elles sont interdites. Ils prennent les constantes de ceux qui viennent effectuer un prélèvement et tiennent leur dossier.

Le défi
Le 26 mars, un nouveau centre de prélèvement provisoire de l’hôpital de la Tour est opérationnel. Le Centre de voirie et horticole lui a livré 70 chaises. La prise en charge des patients peut monter en puissance. Il faut pour cela de nouveaux astreints. Du 26 mars au 8 avril, 47 hommes s’engagent. Leur défi est grand: ils sont en contact direct avec des patients atteints du Covid 19. Une épreuve pour chacun. L’état-major de la protection civile de Meyrin-Mandement rend hommage à ses hommes motivés et engagés, à cette grande majorité de valeurs sûres qui composent la troupe.

Interdiction de circuler
Et la palette d’action de la protection civile va encore s’élargir. Du 9 au 16 avril, 72 astreints sont présents. C’est Pâques, et une interdiction générale de circuler pour les non riverains s’applique à tout le Mandement. Les astreints devront la faire appliquer. L’engagement et le professionnalisme de la protection civile de Meyrin Mandement vont à nouveau engendrer des réactions positives.
Celles, en particulier, du sergent-chef de la police cantonale Tarruella, qui souligne "le travail d’excellence » de la Protection civile genevoise dans un message écrit.  

Sur tous les fronts
Et ce n’est pas tout. L’ORPC s’occupe de livraison de médicaments, et, à la demande du commandement cantonal de la Protection civile, reprend des missions dévolues jusqu’à présent à d’autres organisations. 14 volontaires de Meyrin Mandement s’engagent ainsi dans des postes de chauffeurs suite à une alarme cantonale. Il faut par ailleurs trouver un astreint 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, pour porter des brancards et désinfecter le matériel. 6 hommes sont partants. Des équipes peuvent ainsi être organisées, et un roulement permet de tenir cette tâche cruciale dans la distance.

Près de 80 astreints mobilisés, un investissement sans faille, une grande flexibilité et des missions multiples, l’ORPC Meyrin Mandement répond présent avec force face à la crise. Chapeau bas.

Julien Rapp